Les rimes jouent des mots "lapin", "fer à cheval", "un chat noir" et "vendredi 13".

Superstition 1 —

Matin radieux du 10 juin 1862 : suite à des travaux
de réfection (le mât, on l’a peint), faut-il croire
que le capitaine Hoffmann prononçât pour l’équipage
tout réjoui de son steamer L’Hirondelle (Lac Léman)
pareil discours de bombance (fac-similé Le Messager
Boiteux, 1863) ? S’ensuivit un naufrage sans aucune
victime ni explication. Énigme typiquement durable.
=
Navire pimpant ! qu’on lape un
schnaps avec délectable appen-
-zel. Matelots, goûtez la pin-
-tade cuite au fournil à pain.



Superstition 2 —

Existe-t-il un Godin qui ne serve pas
à griller du shit, cuire une omelette
ou attiser la virilité (appelons cela
le Godin d’Odin) : foyer dont sortent
ratatinées Brünnhilde et la pantoufle
porte-bonheur de son noble destrier ?
=
          Quel calorifère acheva l’
âtre à réchauffer hasch, œufs, val-
    -seuses ? Quel enfer hache Val-
       -kyrie et son fer à cheval ?



Superstition 3 —

Les Anglais caillassent Buridan et
Charles VII, l’héritier du trône ?
D’Arc s’en va déclencher la guerre
et conjurer enfin le mauvais sort.
=
Perfide Albion lynche âne, hoir...
But this time I will unchain war !
dit Jeanne qu’y voit un chat noir.



Superstition 4 —

Cette sainte de l’Enfant Jésus solde
ses entrailles à une fille de Nantes
qui tricote en passant de l’angoisse
au funeste lendemain du jeudi douze.
=
              À vendre ! dit Thérèse
        Dans son ventre Édith tresse
             et couve entre détresse
               et le vendredi treize