Le blogue de Robert Rapilly

Ils ont des bonnets rouges

Protest song pour voix, bombarde et biniou koz :

Druide a dit : dame n’y touche
au koust du gasoil,
ou je sors en bonnet rouge
made in Taïwan.

Kalvar l’Enchanteur & Barde
tranche du jambon :
qu’il larde le gras, qu’il darde
sa harpe en harpon !

Miracle un missel aux vêpres
double demi-sel ;
mordieu beurrerons les crêpes
chrême diesel.

Perak ce damné portique ;
cocher les camions ?
Qu’on laisse en paix l’Armorique
camer les cochons.

Druide a dit : dame n’y touche
au koust du gasoil,
ou je sors en bonnet rouge
made in Taïwan.

« Joli collier » est une autre chanson combinant 2 contraintes :
- le collier (un o par mot, afin de les enfiler comme des perles / inventeur Alain Chevrier),
- le gâteau d'anniversaire (un i par mot, bougie sous un point qui brille / Jean-Luc Doutrelant) ;
exemptés de la contrainte, les mots sans voyelle d', l', s'.

Oïl soufflait soixante-trois bougies.
Souvenirs, souvenirs... soirs d'orgies,
vocalisa Louise, unisson
disco d'idole micro-sillon.

Choristes couinant coin-coin comique,
Igor comprenait « joint / foin cosmique »,
hypnotisme d'oreille, voire œil :
l'amigo perçoit l'ovni Sommeil.

Assombri d'étoiles abolies,
d'abominables mélancolies
pointant l'irracontable Manoir,
honni soit l'horrible Soleil noir !

Réjouissez néanmoins - loin froide
cérémonie - oubli, rigolade...
Mordieu Simone doit rigoler ;
s'offrir quoi sinon joli collier ?

La nuit villanelle

Villanelle (irrégulière) d'après Jacques Jouet & Dylan Thomas

En allumant le feu nous oublions la nuit
au soir il irradie et seul désormais compte
le feu l’hypnotiseur éclipse autant que luit

Le ciel dont la courbure aux ténèbres conduit
dévêt de son nuage une lune élégante
saisissement frisquet rien un feu dans la nuit

Le vent tourne au plafond courbe d’espace et bruit
geste auguste cuivré des punaises qu’il plante
le feu l’hypnotiseur éclipse autant que luit

L’océan nous aère et l’image s’enfuit
ici d’infinitude et de camp de vacance
saisissement frisquet rien un feu dans la nuit

La balance chavire et de noirceur s’instruit
mais aveugle gaieté nos regards traquent l’onde
le feu l’hypnotiseur éclipse autant que luit

Là-bas est-ce une étoile où néant ne s’ensuit
je la vois tu la vois bien qu’absente du monde
saisissement frisquet rien un feu dans la nuit
le feu l’hypnotiseur éclipse autant que luit
               

Océan perdu

.

       

Pirouésie juillet 2013 / Gravure à fond perdu & poésie par caviardage / Atelier Fanny Bizien, Marie Vilain, Robert Rapilly / Photos Chantal Danjon


1) Extraire un paragraphe d’un livre que l’on aime, par exemple – à supposer qu’on se trouve à Pirou, l’Atlantique après la Manche au bout de l’horizon – quelque chose dans la strophe 9 du Chant 5 de Maldoror ; dactylographier le texte au bas de 5 feuilles de papier gravure numérotées 0, 1, 2, 3 et 4 :

Vieil océan de cristal, tu ressembles à ces marques azurées
que l’on voit sur le dos meurtri des mousses ;
tu es un immense bleu sur le corps de la terre :
j’aime cette comparaison.

2) Découper une plaque rectangulaire de linoléum à dimensions convenables ; enduire la surface vierge d’encre très, très claire ; presser tour à tour les 5 feuilles de sorte que – quasi blanc sur blanc sauf la zone du texte – un effet analogue au carré de Malevitch ajoute du vertige au regard à venir.

3) Retirer la feuille 0 du lot.

4) Caviarder quelques mots du texte, identiquement sur les feuilles 1, 2, 3 et 4 ; on pourra comme ci-dessous préférer l’encre pâle au traditionnel caviar :

Vieil océan           , tu ressembles à ces marques azurées
              sur le dos meurtri des mousses ;
         immense bleu sur le corps de la terre 
                         .

5) Creuser un peu la surface de la plaque de lino à l’aide d’une gouge, selon l'intention de l'œil plasticien, puis presser 1, 2, 3 et 4 sous l’encre assez claire – jaune d'habitude.

6) Ranger la feuille 1 à côté de 0.

7) Caviarder à nouveau le texte, en se limitant cette fois aux feuilles 2, 3 et 4 ; parallèlement creuser davantage la plaque, puis imprimer d’une couleur moins claire – rouge impeccable.

Vieil océan           , tu ressembles à ce                  
                    dos meurtri des mousses ;
                 bleu sur le corps de la terre  
                        .

8) Ranger 2 à côté de 1 et 0.

9) Renouveler le protocole en retirant à chaque fois une feuille du jeu, et en fonçant les encres : après jaune et rouge, le bleu aux feuilles 3 & 4…

Vieil océan           ,                                    
                     dos meurtri des mousses ,
                 bleu              de la terre 
                         .

10) … puis l’encre noire finale et fatale sur la seule feuille 4 :

Vieil océan                                                
                         meurtri                      
                           de la terre           
               .

11) Accrocher la série et apprécier cette progression symétrique entre gravure & poésie : l’image s’enrichit à mesure que le texte s’épure.

Archives - novembre 2013

Sélectionner une date

novembre 2013
« 123456789101112131415161718192021222324252627282930 »

Les cases à fond coloré signalent les dates de parution des billets. Les flèches permettent de se déplacer au mois suivant ou précédent.