Le blogue de Robert Rapilly

Amer ciboire

.

À merci boire ! avis de sirène détruite.
Long le tabou, cantique amer, ciboire à vis...
où soupeser faufils ? L’onglet à bouc antique ?
Désiré né de truite ou soupe-serf au Fils ?

Répartition des hémistiches :
A - D’
B - A’
C - B’
D - C’
où, sauf les accents, A & A’ ont la même orthographe, mais aucun mot commun superposé.
Idem de B & B’, C & C’, D & D’. .



Variante 1 :

L’âme ciboire, avis de vin tonsuré toc,
au vantail du resto clame-ci boire à vis.
J’observe pi, faufil sauvant ail, dur estoc...
devint-on suret oc ? Job serve pif au fils !

Ci-dessus, vers 2 et 3, la césure décalée entre "hémistiches" gomme exprès les rimes internes.
De même la prononciation distincte de "avis" et "à vis".
Seuls "estoc" et "oc" dérogent à la prosodie classique. .



Variante 2 :

Le souci : boire avis, céleri pour estoc,
celé ripou resto, clés ou ciboire à vis...

.



Variante 3 :

Cep à Ra dis-je suite ? Oc revit, alité,
ogre en fer. Ô cité, ce paradis jésuite,
désir en eau détruite, ô green férocité,
ocre vitalité de sirène, Aude, truite...

Strophe isocèle.
Premier vers, "revit" = verbe revoir.
Vers 4, l’Aude : rivière au pays de Jacques Roubaud. .



Variante 4 :

Caméra clap ou belle on usurpa radis
Ose il le cèle ris ça me racla poubelle
Mou rutabaga telle oseille-céleris
ONU sur paradis mourut à Bagatelle

.



Contrainte voisine :

Parle ton duc, Alice :
broc-olifant astique
mat outillage, nouille...

Par le tondu calice !
Brocoli fantastique,
matou Till agenouille.

Les vers 1-4, 2-5 et 3-6 ne sont point vraiment holorimes, mais d'orthographes identiques sauf les accents.

Pareilles contorsions peuvent sembler gratuites ? J'y vois l'insensée conformation de nos mots produire plein d'images à potentiel colossal, poétique ou narratif ; cf. Raymond Roussel...

Palindromes onomastiques

Une brève strophe annonce un palindrome sur le nom d'Oulipiens : François Caradec, Hervé Le Tellier, Georges Perec, Jean Queval, Olivier Salon.

1) FC

Cependant que parjure
le Plaideur dramaturge
consigne n’inculper
le Papou de Quimper.

=> Céda Racine du déni Caradec.

2) HLT

Hervé t’objecta : chambre
dans un freezer le pampre !

=> Au gel la treille ! tel Le Tellier t’allégua.

3) GP

Georges le sait tout passe,
son chat en détalant
arrache à sa tignasse
un premier cheveu blanc.

=> Ce repli félin est sénile fil – Perec.

4) JQ

Auteur se confessant,
tout le monde descend.

=> L’aveu Queval

5) OS

Crochet à goutte d’eau
jusqu’à l’Eldorado :
un crack s’hisse au trésor,
la bouse du condor.

=> Salon au guano, l’As.

Variantes :

2 bis) HLT

Au gel la treille tel iota
à toi Le Tellier t’allégua.

Gématrie = 444 ; ± 4 x 4 syllabes ; 44 signes typographiques, y compris apostrophe & point.

3 bis) GP

Georges stoppe l’amour,
centon rime et retour.

=> Ce reprisé désir – Perec

5 bis) OS

Non loin de Courbevoie
Olivier patiente...
migre une première oie,
c’est promesse de fiente.

=> Serein Salon : au guano l’Asnières.

Soties lucides & contrepétitres

Quatrains en vrac plus ou moins inspirés des Nouvelles Sollicitudes de Jacques Roubaud et Olivier Salon. La morale (douteuse) en est, au choix, un calembour, une contrepèterie, une homophonie approximative. Solution en cliquant sur les lettres bleues du quatrième vers.

D’un luth Hirohito
interroge la tierce :
sans fondamentale est-ce
jouable : mi qu’a do ?
L’aviateur se crashe.
Irréversible panne,
la moitié de son crâne
lui manque : qu’a mi-case ?
Pauvre coquille
des passereaux,
qu’y cache Achille,
qu’a mis l’héros ?
Le barde nous étonne,
samba dans un maillot
et masque de licorne...
Qu’a narval de griot ?
Deux fois dix puissance vingt-six
kilogrammes près variera
le soleil noir – coup d’œil précis
liseré de masse qu’a Ra.
Juste rond calibré,
quel rayon, Cardin, au
béret feutre, Queneau
dessous : Pierre qu’a Ray ?
Paco prédit la foudre :
ce marchand de chandails,
au relais sent la poudre.
Qu’a Rabanne en ces rails ?
Un prince au désert se change en
dune, si l’on en croit la fable
qu’un forçat nommé Jean Valjean
intitula L’émir est sable.
Jean-Sol Partre à fins théâtrales
contraste des anti-héros
et d’autres aux fiers pectoraux.
Il met en scène les seins mâles.
Confrère d’un autre copiste,
prends-y garde qu’à l'improviste
ne tache ton papier vergé.
Alors, buvard épais couché.

PS – Ci-dessus l'alternance de rimes n'est pas systématique ; ci-dessous deux quatrains à rimes mixtes : serve/cerf, -dich/biche, Poe/-baud, Cid/-cide.

Music-hall qu’on y serve
du whisky Glenfiddich !
Ivre et nubile, biche
enjoint : qu’a fécond cerf ?
Non pas Baudelaire ni Poe ?
Inédits, Salon et Roubaud
trouvent sagace rime à Cid :
la nouvelle sitôt lucide.

Archives - mai 2017

Sélectionner une date

mai 2017
« 12345678910111213141516171819202122232425262728293031

Les cases à fond coloré signalent les dates de parution des billets. Les flèches permettent de se déplacer au mois suivant ou précédent.