Le blogue de Robert Rapilly

Dans « L'Histoire poèmes » de Jacques Jouet

« Pour Évariste Galois » côtoie tout seul la suite fulgurante des 226 poèmes dans «L'Histoire poèmes » de Jacques Jouet.



À supposer – anneau, corps cryptographié – que l’Histoire suspende au 31 mai 1832 poème en acrostiche, Évariste Galois descendrait hasardé en une voie insolite, où dériver console de l’imposture scolastique : gracieux au contraire rechercherait quoi que ce soit en des directions nouvelles, abolirait d'opacité l’antique leçon, éclairerait les circonstances de demain et – vertiges des résonances – prônerait l’analyse de l’analyse, croîtrait au cœur de la mathématique qui croîtrait en son cœur et le monde, fustigeant la concurrence c'est-à-dire l'égoïsme mais s'empressant de partager la moindre observation pour peu qu'elle soit nouvelle, jamais dissimulant la difficulté invaincue ; alors


Évanouir pourtant déchiffrer ce mémoire
vaste abyme à tes pieds géomètre élégant
afin que le matin en relève le gant
resté là sur le pré dont blanchit ton déboire

isoler parmi l’heure aux hélices d’ivoire
survie imaginaire à trouver profit quand
ton apparition n’advînt plus reléguant
en un vierge héros qu’attente de l’histoire

Galois il est tombé parmi l’herbe Galois
après ça pour jouet qu’espace des exploits
livre plus précieux « je ne sais pas le reste »

où haute et transcendante en rares manuscrits
idéale la nue affiche un manifeste
s’éloigne épars le vol de n’avoir point compris


quoi ? notre aide à la taille d’une vivante ambiguïté.



Sources :
_ Léonce Lesieur : La vie d’Évariste Galois (1811–1832) « Bulletin de l’association des professeurs de mathématiques de l’enseignement public » n°232, bimestriel – 43e année – octobre 1963
_ Stéphane Mallarmé : Toast funèbre, Tombeaux, etc.
_ Jacques Jouet : « À supposer » - éditions Nous 2007

Frank Zappa

Baltimore 21 décembre 1940 - Los Angeles 4 décembre 1993

Sans raison décembre zappa
érudit entre norme & libre
système de poids équilibre
tension puis vanne à Zappa

D'autres épitaphes ici.

2 épitaphes antinomiques



Éclose initiale graine
Mutique clé du tumulus
Rescapé d'un chant de sirène
Odyssée à quai je conclus

20 juillet 2007, Jacques Jouet m'avait dicté
cette autre épitaphe pour le jour où :

Masqué de finale farine
Salut à vous d'un trou béant
Je suis entré dans la marine
Enfin matelot du néant

Épitaphes en vrac

De décembre en décembre

Sans raison décembre zappa
érudit entre norme & libre
système de poids équilibre
tension puis vanne à Zappa

Ayant lu Babeth Chamontin

Du sourire en point final où
son père Guy Deniélou
reste en suspens mais ne tombe, elle
fait le don d'épitaphe belle.

Je me souviens de Max Domon

Max Domon trait & lettre
marqua d’un clair esprit
sage tant que pût l’être
un temps qui s’assombrit

Épitaphe de l’auteur d'Epitaph

Moins qu'un chien Cerbère ne morde
au nom sino-latin le gus
dont Orphée enchanta la corde
Black Saint là-gît Charles Mingus

Épitaphe de l’Homme Niagara (rimes mixtes)

Fleuve ni Fugue ne résonne
Sous Montréal il se dit : chut
Tarir taire l’Art de la Chute
Doigts et front d’Oscar Peterson

Epitafio del Hombre Niágara (traduction en espagnol de Pablo, blogueur de fond)

Ni Río ni Fuga resuenan
Bajo Montréal se dice a sí mismo chsss
Callar y secar el Arte de la Catarata
Dedos y frente de Oscar Peterson

Épitaphe Addio Lulu

Luciano Pavarotti
moitié moitié par hémistiche
ici la voix tête d'affiche
là-bas rien de sobre sorti

Comme partition émane au
juste milieu d'octosyllabe
à nous beau chant le reste au crabe
Pavarotti Luciano

Épitaphe à celui du 118

Verlaine écrit que l’espoir luit
comme un brin de paille à l’étable.
Pour nous c'était au 118,
postés le coude sur la table.

Parole, actes, Michel Perret
n’avait pas l'esprit de chapelle.
Le dogme ça l’indifférait ;
humanité cela s’appelle.

Épitaphe isocèle

Au soc j’ai comblé tout passage
Quelques sillons endroit envers
Par où mon tourment fut-il sage
D’avoir pointé de froids enfers

Épitaphe du vendredi saint

De sole blanchie en l'écume
dans la soupe au camard mit-on
une racine pour légume
Vatel replongé marmiton

Épitaphe de nous tous

Cet endroit s’appelle une tombe
mais nous y cherrons en douceur
À supposer que l’on y tombe
dirions-nous un amortisseur ?

Urgences free jazz

Partition blafard néon
tais-toi sirène d’ambulance
La Faro joue à l’orphéon
de la contrebasse silence

Épitaphe des Lilas (rimes mixtes)

Taffe et taffe et taffe et puis taf
Gitane enfumée à la joue
je suis poinçonneur d’épitaphe
chante l’homme à tête de chou

Épitaphe en viager

Il sort poudré de blanc l’Auguste
La coulisse engloutit Serrault
En résonne mutique juste
l'absence d'éloquent héraut

Épitaphe à Pirou

Beau-Regard tourné sur la Lande
de Lessay voici le moulin
il s’amuse du vent salin
ciel et mer en terre normande

Un homme passe on se demande
est-il seigneur est-il vilain ?
quelqu'un de gentil puisque Alain
qui porte le nom de Lalande

Force élégance le meunier
combine l’art d’ingénier
hélice folle et grain à moudre

L’aile du moulin a pointé
un sage défi vers la foudre
tranquillement d’humanité

Épitaphe de Droopy

Au-delà quel dessein t’anime,
Tex Avery ? - Vous savez quoi ?
Je suis heureux d'en rester coi :
propre à l’homme survit l'énigme.

Épitaphe de Screwy Squirrel

Sauf la chute enfin moins comique
souvenez-vous : vous avez ri
quand j'ai plaqué du mécanique
sur le réel (Tex Avery)

Épitaphes

Sélectionner une date

décembre 2010
« 12345678910111213141516171819202122232425262728293031

Les cases à fond coloré signalent les dates de parution des billets. Les flèches permettent de se déplacer au mois suivant ou précédent.