Le blogue de Robert Rapilly

Sablier à table

L'humanité se scinde en deux camps bien distincts.
Irrémédiablement d’un baroud lamentable,
la ligne de fracture aux brasiers mal éteints
passe, fronce précise, au milieu de la table
de la salle à manger. On dit : « Ça va chauffer ! »
Réponse tac au tac : « Ce soir le torchon brûle,
prends garde à la géhenne où t’attend Lucifer ! »
Chacun guigne qu’autrui rampe sous sa férule,
et nul ne diluera d’une goutte son vin :
« Buvez jusqu’à la lie une amère rasade ;
que coûte à qui me toise un châtiment divin ! »
La lutte se rehausse en sublime Croisade :
un trébuchet à pain investit un château
et sa douve soupière où joutent, saignant havre,
la carafe de pif contre le pichet d’eau,
la salière jumelle et son moulin à poivre,
le pâté végétal du soixante-huitard
contre le vol-au-vent des cuisines bourgeoises,
horaire des repas et saveur du retard,
la sage économie et laisser des ardoises.
Ô spéculations couteau contre cuiller,
domestique frontière au mitan du porridge !
Entendons du festin sourdre l’écho d’hier
des grains du sablier, hissés jusqu’au vertige
là-haut dans la montagne et l’azur et le ciel...
Cet écho soit maudit de la croûte à la mie :
depuis mère Lucy, parler prend goût de fiel
à juste proportion que s’accroît la famille !

Outre l’amorce - et le titre d'un précédent billet de Kozlika -, ce sablier de printemps d'après Monolecte s’est écrit en intégrant au fur et à mesure de leur parution, le 30 mars 2008 de 20h44 à 23h21, des bribes puisées aux contributions de Brol, Otir, Gilsoub, Dom, Caco, Anita, Samantdi, Élisabeth et Saperli. Merci à eux !

Sablier d'éphémère gnomon

Ça y est enfin.
Je pressens l’événement.
L’occasion a surgi.

Cela fait des semaines que je pense à ce moment.
Semestre refermé, le temps de déclencher se présente.
Trois mois qu’à tout instant, il m’occupa qu’advînt aujourd’hui.

Comme le dit le dicton coréen, « le meilleur moment quand on fait l'amour, c'est quand on monte les escaliers ».
En Extrême-Est, se répète cette sentence : « les degrés de l’échelle, c'est crème des sens de s’en délecter ».
Dicton au Pays du Matin Frais : « gratin du gratin quand on fait l’amour, nul n’a joui autant qu’à gravir un colimaçon ».

Un bordel monstre règne dans et sur mon bureau.
S'emmêlent, enflent, émergent, déferlent - hébergés en mes crédences - des Everest de (j'en recense des cents) textes, news, décrets, référés, dettes, recettes, règlements, lettres de Verne, sélénets de Gef, exégèses de Perec, légendes et serments célèbres... recelés entre crécelle belge, encre d'ébène, règle et mètre, cendres de sèches, denrées - pêches blettes, cèpes, fèves, menthe en gerbe, verres de népenthès et de xérès, chester fermenté, crêpes de Cérès, sel gemme, entremets et desserts -, déesse Déméter en mélèze, Cerbère en grès, flèches de tek et fléchettes en fer, têtes de cerf, renne et fennec, dents de belette, vertèbres de serpent, mèche rebelle, emplettes tels les encens & essences Hermès, vêtements de gentlemen, béret de berger, semelles de crêpe, excédents de semences (des germes de blé, de nèfles et de pensées) et même kleenex et détergent. Bref...
Un boxon sans nom s’accroît sur mon comptoir.

Rien à battre.
Je m’en berne.
J’y suis froid.

(à suivre...)
(next week the end ?)
(la fin nous fait faux bond !)

Chondre
et Bébert :
Ciao boulot !

Sablier piège à filles

Certains soirs, pour faire mon intéressant, il m'est arrivé de monter sur une chaise, de me draper dans un torchon à carreaux et de déclamer une poignée de vers avec des accès de lyrisme proportionnels à mon taux d'alcoolémie (1). Il s'agissait, à condition que les parents fussent partis en week-end, de l'extrait suivant :
« Mon âme est une chimère
Et le lion son papa
Il suit la chèvre sa mère
Je suis roi de la pampa » ;

ou bien, après basket-ball à Denain Voltaire :
« Sisyphe la soulève et range
Opiniâtre on ne peut nier
Mais vain puisque la sphère orange
Toujours retombe du panier » ;

ou encore, ivre de jerk au bal du 14 juillet à Jeumont :
« Tout un art le lancer du disque
Main mise sur palet cerclé
Le show-biz confine au ménisque
Ça tourne pour Eddy Barclay » ;

ou plutôt, à la buvette du Grand Prix de Spa Francorchamps :
« Mon cœur est patiente mule
Sobre et de caractère entier
Quand tournent en rond les Formule
1, mon cœur trace son sentier » ;

et surtout, lundi presque petit matin de Braderie à Wazemmes :
« La marquise Zeugma sortit
À cinq heures et quatre pattes
Allait-elle dans les Carpates
Ou maculer son bel habit ? »

J’escomptais qu’une candidate fiancée écoutât, appâtée par la poésie et, dans l’élan, qu'elle s'éprît et se prît :
- de ma physiognomonie,
- au piège à filles perpétuel de Jacques Dutronc, sablier toujours retourné par une suivante conquête, qui peut attraper seul des mies indéfiniment, et fonctionner même caché sous un torchon à carreaux.

Au bout du compte j’aurai pas mal déclamé ; déchanté aussi.


(1) Le Chieur dixit.

Sablier aux quatrains

L'amorce de Krazy Kitti commune aux sabliers de printemps est ici agencée en quatrain, d'abord l'original puis des variantes dans l'esprit des « Exercices de style » de Queneau :

Vous savez pas la dernière ?
Il paraît que j'ai un blog,
oui, oui, un de ces machins
sur Internet où je raconte ma vie !

Chaque vers anagramme du vers correspondant de l'original :

Va Zouave ! Resplendisse Râ !
Gin jubilatoire plaqua
insouciances où humide
joute victorieuse n’erre, Manant !

Palindrome de syllabes :

Vit matheux, qu’on rage ! Tout naît terrain sûr ?
Un haché meut saindoux, y ouït :
« Au gain blé ! Que geai pare île ! »
Hernie d’air, la Pavée s’avoue.

Lipogramme en a, i, o, u (y est ici considéré comme consonne) :

Entendez l’événement récent :
le Net recèle mes pensées et rêves.
Yes, yes, et ce genre de recette
révèle mes éphémères légendes et exégèses !

Lipogramme en e :

Voudrais-tu un scoop tout frais ?
Paraît-il, j’ai un blog,
oui, oui, un journal à moi
sur microcircuits communiquant au loin !

Ch'ti (pas vu le film, mais je connais la musique) :

Teu sais quôi ?
Paraîtrot qu'j'auros min bleugue.
Ouaille, un d'ches bazers
où qu'te causes ed' tout qu'est-ce qui t'arrife !

Rimbaldien :

Le vent chargé de bruits colporte la dernière
Rumeur : moi l’autre hiver sourd et lourd pis que plots,
J’entends la mer allée, et danse sur les flots
De l’onde électronique, et baigne en sa lumière !

Dialogue (les mêmes mots dans un autre ordre) :

Blog de machins ? J’ai !
Un ? Que oui, un !
Savez-vous ma dernière vie ? Oui, je ! (il la raconte)
Internet paraît où ? Sur ces pas...

Haïku (quatrain quand même, dont un vers vide) :

Clavier aux dents plates
L’écran rumine ma vie

Ça mugit chez vous

Graziella revisitée

Il est trois heures du matin, je n'arrive pas à dormir. J'entends le bruit de la mer, des vagues qui s'écrasent contre la falaise en soupirant, en rongeant de leurs larmes les pierres insensibles (1). Les paupières de Graziella s'entrouvrent et j'y devine une promesse.

Cette nuit est une des rares où l’ennui aura épargné l’humble cabane depuis que le pêcheur l’a ancrée au rocher, et sans doute jusqu’au jour où elle menacera ruine. Nous nous accordons aux coups de vent dans les oliviers, râles et bruit des lames sur la côte, pubescences nacrées aux lueurs rasantes de la lune sur la terrasse. Tout à l’écart que je me tienne d’une croyance en des forces occultes aux mains de Priape, je me félicite de la concordance entre les éléments déchaînés et les appétits sensuels de Graziella. Me lasserai-je jamais d'adorer ses yeux mi-clos comme un cristal trouble, sa peau foncée et tigrée d'écume comme si la cadence partagée des vagues et de nos baisers la forçait à transpirer de vitesse et d’épuisement ?

Furieux, le vent et la mer mugissent toujours. J’y observe une correspondance à l’échelle du lit défait : un mascaret d’étreintes accumulées à la lisière du drap s'étale, encore plus tourmenté qu’au crépuscule. Bientôt, de l’horizon à notre couche, toute la côte de Cumes se noiera dans un flux et un reflux de brume flasque et lumineuse.

À la lune pleine, on n'aperçoit aucune voile sur le golfe de Gaète ni sur celui de Baia. Demain encore, les hirondelles de mer fouetteront l'écume de leurs ailes blanches. Mauvais signe selon les pêcheurs. Se répandra au village une rumeur maudite d’oiseaux qui crient de joie au-dessus des naufrages, présage d’une tempête sans fin au seul profit d’habitants maudits de la Baie des Trépassés qui attendent leur proie des navires en perdition.

Indifférent à la légende, je n’éprouve que la joie sans fard d'être tenu emprisonné par le gros temps dans la maison, dans la vigne du batelier et - je me plais à penser des zeugmes inavouables - dans les recoins où Graziella s’applique à m’accueillir. Tombe sur nous le ciel, pourvu que nous jouissions ! Du moins cela me donne-t-il tout loisir de savourer la seule richesse de cette pauvre famille : Graziella, à laquelle je m’agrippe comme le fauve à la gazelle.

Que le vent et la grosse mer nous retiennent ici ! Nous désirons, moi surtout, que la tempête ne finisse jamais et qu'une nécessité involontaire et fatale nous fasse passer des années où nous nous trouverions si captifs et si heureux. Rien d’uniforme en nos journées à quêter les sensations. Rien qui ne prouve mieux combien peu de chose suffit au bonheur quand les corps sont jeunes et jouissent de tout. C’est ainsi que les aliments les plus simples soutiennent et renouvellent la vie quand l’appétit les assaisonne et les organes sont neufs et sains...


(1) amorce de Zoridae

Sablier tibétain & sibyllin

1 mot sur 2 provient de l'amorce de Matoo au sablier de printemps chez Kozlika.
« Il faut que je vous raconte (...) » se transforme en « S'il le faut, plus que jamais je parlerai. Vous demandez : raconte-moi (...) »


S'il le faut, plus que jamais je parlerai.

Vous demandez : raconte-moi ? C’en est impérieux ? Une entomologie drôle réduirait d’emblée histoire naturelle en brouillon fait fissa. Une autre histoire - rapportée de Charles Brosses - attribue à Buffon « dents de dingue moustique en dégénérescence » ! Fait avéré, tout jardin a mal commencé, poussé alors hybride...

Que contrariée j’évoluerai ! Étais-je chez J-B Poquelin ? Toute Elvire, la même semaine pleurant dernière humiliation (Nous vous avions aimé, bien que senti turpide / Que vienne quelque oubli, chose qui se décide !) tramait aussitôt dans Palerme la revanche. Salle funéraire de Commandeur, bain brumeux et caveau, puis spectre… il lui fallait éclore, se battre, rendre pied à pied l’injure.

« Évidence, fit-il, boycottons-y ! » Diogène avait esquissé des diatribes, signes subversifs avant ces coureurs olympiques qui, mercantiles, ne nous trompent plus. Pas vrai ?


"Palindrome" du précédent : 1 mot sur 2 provient de l'amorce originale, l'ordre d'apparition se faisant cette fois depuis la fin.
Exemple : « (...) signes avant-coureurs qui ne trompent pas » devient « Leurs pas ne trompent personne : ne suivons, qui tonitruent, coureurs en avant-guerre ! Signes annonciateurs (...) »


Leurs pas ne trompent personne : ne suivons, qui tonitruent, coureurs en avant-guerre ! Signes annonciateurs, Des Périers avait satirisé. Y devrait-il réitérer ?

Évidence, Smith l’imiterait : « À Pékin, rendre justice se vendange. Fallait résister, il faudra, puis encore et toujours ! » Bain suffoquant de police, salle insonorisée, la torture dans Lhassa tramait tranquille, se rationalisait.

Chose intarissable : quelque mantra que - ayant senti le Bien - nous avions détecté… Nous psalmodiâmes : « Dernière méditation ! Semaine incantatoire ! La formule toute faite B. Goode chez Berry ! Étais, haubans !… » J’espérais que protester alors aurait commencé. On a crié, tout à fait désarmés : « En joue, Dingue ! Tes dents brillent à minuit ! Brosses-tu de même histoire et une journalistique ? »

Fait divers en cette histoire sempiternelle d’une drôle amertume. Une espérance est annoncée, c’en raconte mille. Vous ai-je dit que nous faut s’il pleut ?

Sablier & clepsydre

Maintenant que l'affaire est médiatisée, que non seulement les sites internet, mais aussi la radio et la télé parlent de l'Affaire, je me sens plus libre d'en parler moi aussi : histoire enfouie hier encore (les blogues amis auraient suffi, à quoi bon les hauts parleurs hertziens ou les tubes cathodiques ?), mais rompons un silence ressassé durant 4 années, couvercle mal vissé sur un moment post-opératoire précis, 5 heures 05 du matin, lorsque j’ai identifié l’évidente et infime ressource qui faisait défaut, bras et jambes ligotés sur un lit de réanimation et cordes vocales comprimées autour d’un tube respiratoire : rien me fallait-il, que ce stylo que j’implorais en mimant l’écriture du bout des doigts, pendant qu’yeux muets et infirmes tentaient quand même de crier et d’agripper quiconque s’était approché : en l’espèce, deux têtes penchées sur le lit, la première coiffée et masquée de toile verte - une jeune femme d’après la voix - qui m’avait mis en garde : « Vous allez voir, si vous continuez de taper sur la barrière du lit ! non mais dites donc où vous croyez-vous ? », la seconde, élève infirmière ou aide-soignante en tenue blanche et à visage découvert, qui avait fini par comprendre : « Il veut un stylo ; (joie ! elle a deviné ; faire oui des paupières…) mais si c’est pour écrire les mêmes insanités que l'autre type tout à l’heure, faut pas compter sur nous », fin des monologues et trotteuse de l’horloge dans le champ de vision et plafond carrelé blanc et toutes choses d'hôpital à quoi j’ajouterai, n’ayant pu m’en défendre sur place, que ma résolution ne fut jamais à proférer des injures, juste noter : « Il y a de l’eau dans mes poumons, j’étouffe », conséquence ordinaire de la condensation et des sécrétions pharyngées, puisque par routine un peu plus tard - 5h20, l'oubli n'effacera pas ça - on est revenu, cette fois actionner le siphon salvateur, clepsydre qui glougloutait, sablier létal interrompu non sans m’avoir livré un plein quart d'heure à l’absolu loisir d'abandonner adieu la lutte.

(1) amorce de Tar Valanion

2 épitaphes antinomiques



Éclose initiale graine
Mutique clé du tumulus
Rescapé d'un chant de sirène
Odyssée à quai je conclus

20 juillet 2007, Jacques Jouet m'avait dicté
cette autre épitaphe pour le jour où :

Masqué de finale farine
Salut à vous d'un trou béant
Je suis entré dans la marine
Enfin matelot du néant

Rien que pour vos yeux

(devinette)

Mitan de guerre froide et par 0°,
Passe l’agent Mathews, espion contre son gré.
Harry crie au chauffeur de la Cadillac : « Cré___
Damned ! Hôtel Massa vient d’entrer Dr No ! »

Trompe-l’œil (ce qui rime ne se voit pas, ce qui se voit ne rime pas)
Le vers « Harry crie au chauffeur de la Cadillac : Cré___ »
- se lit avec synérèse sur « Cadillac »
- en complétant la devinette « Cré___ » par « Créneau ! »

La Nouvelle Revue Moderne

Reçu le n° 21 de La Nouvelle Revue Moderne.
Quarante textes éparpillés sur le présent blogue accèdent à l'existence typographique. Impeccable mise en page & superbes illustrations par Philippe Lemaire, préface chaleureuse de Jacques Jouet. Merci, amis.
On pourra se procurer le recueil en contactant la NRM.

Hallucination

.

Dormant, j’ai vu parfois son contour opalin :
la tanagra sans nom - fin profil continu
d’un portrait toujours clair, ni tout à fait connu
ni tout à fait d’autrui - m’aimant d’amour câlin.

Car la bru m’a compris, tant mon fond cristallin
satisfait à son goût, puisqu’il apparaît nu
à son furtif savoir. Là son minois charnu
sait rafraîchir mon front dans un sanglot salin.

Vol blond ou brun ou roux, son crin d’ignition ?
Son nom ? Pur, on l’a tu. La disparition
ravit moult qu’on aima, par la Mort abolis.

Sa vision m’a l’air vision d’un airain,
quant à la voix, au loin, aux discours si polis,
son intonation assouvit tout chagrin.

(Paul Vurlain, « Chants saturnaux »)

Lipogramme en e, d'après « Mon rêve familier » de Verlaine

Archives - mars 2008

Sélectionner une date

mars 2008
« 12345678910111213141516171819202122232425262728293031 »

Les cases à fond coloré signalent les dates de parution des billets. Les flèches permettent de se déplacer au mois suivant ou précédent.